Vasectomie sans scalpel

Cette procédure est la forme la plus courante de stérilisation permanente en Amérique du Nord, adoptée par plus de 90 % des couples. La technique consiste à sectionner le canal déférent, qui transporte les spermatozoïdes (produits dans les testicules) vers les vésicules séminales (stockées derrière la prostate).

La technique est réalisée de manière à ce qu’elle soit permanente ; le canal est coupé, un morceau de 1 à 2 mm est retiré, les extrémités sont cautérisées et un clip en titane est appliqué.

Le taux d’échec global est de 1/10 000, ce qui signifie qu’un homme sur 10 000 ayant subi une vasectomie sera père d’un enfant par année civile. L’intervention est couverte par le régime provincial d’assurance maladie, mais l’inversion n’est pas couverte. Le coût d’une inversion varie entre 5 000 et 10 000 $, avec un taux de réussite de 50 % pour l’engendrement d’un enfant.

Cette procédure a lieu le jeudi dans le bureau 104 au 2555, boul. St. Joseph à Orléans, et dure environ 30 minutes. Avant l’intervention, il est demandé au patient de faire ce qui suit :

  1. Rasez l’avant du scrotum de tout poil long qui pourrait pénétrer dans le scrotum et introduire des bactéries ;
  2. Apportez des sous-vêtements serrés à porter après l’intervention afin que les testicules ne bougent pas trop et ne causent pas de douleur ;
  3. Ne pas conduire pendant une heure après l’intervention (la compagnie d’assurance peut ne pas couvrir les accidents) ;

 

Nous pouvons administrer un sédatif léger (diazépam) une heure avant l’intervention pour les personnes anxieuses. L’intervention consiste à administrer un anesthésique local (1 cc) sur la ligne médiane du scrotum, puis d’autres anesthésiques sur chaque canal. Un petit trou de ponction est pratiqué pour accéder aux canaux, qui sont disséqués. Une fois les deux canaux retournés à l’intérieur, la peau se rapproche et se referme d’elle-même. Aucune suture ou colle n’est nécessaire.

Après l’intervention, il y aura un certain gonflement qui devrait se résorber lentement et vous devriez être en mesure d’effectuer un travail sédentaire dès le lundi. Les traumatismes de la zone doivent être évités – pas de sport, pas de soulèvement répétitif de charges lourdes et pas de rapports sexuels – pendant une semaine. Si la douleur ne s’est pas améliorée lundi, veuillez vous rendre à la clinique pour une évaluation. Une ordonnance pour le traitement de la douleur peut être prescrit.

Une douche peut être prise le lendemain et un bain 3 jours après l’intervention.

Après l’intervention, il y aura des spermatozoïdes dans l’éjaculat jusqu’à ce que les spermatozoïdes stockés dans les vésicules séminales se soient vidés. Un test est effectué deux mois après l’intervention ou après 20 éjaculations. L’échantillon est prélevé à la maison et apporté au laboratoire. Le laboratoire analyse l’échantillon pour voir s’il contient des spermatozoïdes (morts ou vivants). Un deuxième échantillon est prélevé 2 à 4 semaines plus tard. La preuve du succès est que deux échantillons consécutifs ne contiennent pas de spermatozoïdes. Une copie des résultats est envoyée à votre médecin de famille et au patient. S’il reste des spermatozoïdes après 1 an, la procédure doit être répétée (taux de répétition de 0,5 %).

Les spermatozoïdes continuent d’être produits (1 goutte par jour), mais n’atteignent plus les vésicules séminales. L’éjaculation, qui est principalement constituée de liquide prostatique, reste la même. Il n’y a pas d’effet sur le plaisir sexuel.

Les complications comprennent des saignements (1 %), une infection (1 %), une gêne testiculaire due à la congestion de l’épididyme dans le cordon spermatique (5 %), un nodule cicatriciel (1 %) et une douleur ou une gêne inguinale chronique (<0,1 %).